LA SOCIETE : NDE RESCUE
NOS SERVICES

Nous secourons les individus quasiment morts à tous coins de la planète (des restrictions peuvent s’appliquer, voir le détail de nos packages de sauvetage)company

Histoire

1952
Durant ses études de psychologie et de neurosciences au début des années 50, le Dr Thomas Seknis tomba sur un petit manuel du Dr Sigmund Freud dans la bibliothèque de l’État de Vienne. Freud déclarait que, lors de ses recherches sur l’activité cérébrale, il avait pu développer un casque capable d’enregistrer l’activité du cerveau. Un jour, alors qu’il testait son nouveu dispositif sur l’un de ses patients, ce dernier tomba dans un profond coma. À sa grande surprise, le casque enregistra des activités cérébrales totalement innatendues et pour le moins surprenantes.

1957
Le Dr Seknis mena une enquête plus approfondie sur le sujet. Il parcouru les universités et les hopitaux du monde entier afin de compiler des données parlant d’une activité cérébrale accélérée et inhabituelle au cours d’un coma. Il fit quelques publications, et aujourd’hui, le grand public a prit conscience de cet état entre la vie et la mort ; nous avons tous entendu parler de phénomènes tels qu’un tunnel ou une lumière en situation de mort imminente.

1962
Le Dr Thomas Seknis pu développer une première version d’un «casque de vision mortificatoire », qui pouvait montrer quelques ombres bougeant sur une carte, proches de patients dans le coma ; certaines de ces ombres semblaient se déplacer au hasard, mais d’autres suivaient un chemin précis qui partait du corps du patient vers une zone de lumière rougeoyante. Cette zone fut appelée « porte mortifère ». Le Dr Seknis mena alors toutes sortes d’expérimentations pour enfin construire un appareil capable de ralentir ce processus. Il fut en mesure de confirmer scientifiquement que la durée de vie des patients dépendait directement de leur position sur le chemin qui les menait à la « porte mortifère ». Celle-ci une fois passée, le patient décedait.

2002
Ces expériences continuèrent secrètement jusqu’aux premières années du nouveau millénaire, où l’un des enfants illégitîmes du Dr Seknis, l’informaticien Kazimir Bagkli accomplit une autre étape importante dans leur recherche. L’intégration des technologies informatiques de pointe permirent une interaction directe avec les objets tels qu’ils éaient vus par les victimes dans l’état d’expérience de mort imminente (EMI).

2005
Soutenu par des financements de capital-risk internationaux, un projet de recherche EMI vis le jour ; le premier casque capable d’enregistrer des images visibles dans un état proche de la mort fut développé. Un émetteur entre le casque sur une personne en état d’EMI et une autre, qui pourrait interagir avec les objets visibles lors de cet état particulier a apporté beaucoup d’attention au projet de recherche EMI.

2007
Le projet EMI élargit ses recherches plus loin et devint capable de localiser électroniquement les personnes en état de NDE/EMI. De grands groupes internationnaux, tels que des entreprises minières, installations de recherche et laboratoires chimiques équipèrent leurs sites les plus dangereux avec cette technologie. Ils se retouvaient de se fait protégés en cas d’accidents, en raison des risques exceptionnels liés à leurs activités.

2010
Après de nombreuses interventions, le projet EMI conclu sa formule de service « 99% non mort » en proposant l’intervention localisée d’une force de frappe hautement qualifiée et spécialisée, capable de secourir des personnes exposés à une EMI en seulement quelques minutes, de n’importe quel endroit du globe.

2015
Aujourd’hui, les équipes internationales d’intervention NDE/EMI sont prêtes à agir. Où que vous soyez, elles seront là pour vous tirer d’un mauvais pas ; rien ne leur fait peur, pas même l’au delà.